AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Into the fire {pv Carter Laurens niarkk}

Aller en bas 
AuteurMessage
Adriel McKinston
S.till playing with D. olls

avatar

Messages : 408
Date d'inscription : 24/05/2009
Age : 27
PSEUDO : Crying Shame, Puppy, Peaches...
AVATAR : The One... Jared Leto <3 by Puppy
GROUPE : escape to the STARS

behind your PART__
MOOD: Cloudy like the weather...
CARNET D'ADRESSES:

MessageSujet: Into the fire {pv Carter Laurens niarkk}   Mer 10 Juin - 22:23




    Une journée lamentable, une humeur exécrable et un besoin intense de se retrouver seul, de se laisser bercer par le calme ne serait-ce qu’un instant avant de devoir y retourner, et de les affronter tous. Il n’avait aucune idée de ce qui pouvait lui arriver, du pourquoi du comment. De ce qui pouvait bien se passer en lui pour qu’il soit autant éreinté de tout et que cela s’en ressente dans son jeu.
    S’il y avait bien une chose dont il avait horreur, c’était la médiocrité et la perte de temps. Carter l’avait forgé ainsi, durant le tournage de Fallen Angel, le poussant dans ses derniers retranchements pour en tirer le meilleur, le jeu le plus subtil qui soit et qui rendait chaque œuvre du réalisateur un véritable chef d’œuvre de génie et de perfection.
    Il avait quitté le plateau à l’instant même où l’on annonçait une pause. Se réfugiant avec rapidité dans sa loge, s’appuyant un instant sur la porte close, laissant sa tête basculer en arrière tandis qu’il fermait les yeux, ses doigts se crispant légèrement contre le bois fragile.

    La quiétude du lieu l’apaisant légèrement. Ouvrant les yeux tout en poussant un léger soupir, Adriel se détacha de la porte, tournant un instant en rond comme s’il cherchait quelque chose à faire, alors qu’au fond il savait pertinemment ce qui pourrait l’occuper durant cette courte pause. Attrapant la multitude de feuilles qui se trouvaient sur la table, le jeune homme se laissa tomber avec lassitude dans le sofa, fixant un instant le papier imprimé sans vraiment le voir. Se perdre dans le vague, laisser le flot de ses pensées le submerger, d’étranges sensations qu’il n’avait pas vraiment l’habitude de connaître et dont il pouvait avoir horreur.
    Il avait changé, en trois ans. Il en avait connu des choses pourtant, et pourtant il se rendait compte qu’il était resté le même, cet être dénué de toute conscience véritable qui se contentait d’agir sans réellement réfléchir à l’étendue de ce qu’on lui demandait.
    Secouant futilement la tête en esquissant un sourire froid, Adriel se trouvait ridicule en cet instant précis. Sa médiocrité le rebutait et lui donnait tout bonnement envie de tout laisser tomber. Après tout, celui que tout le monde remarquait vraiment c’était Hazel. Il avait connu son heure de gloire il y a trois ans, autant laisser la place aux jeunes, puisqu’il n’y a que cela qui marche en ce moment.

    "Tu en deviens ridicule mon pauvre…"
    Ouvrant le livret, tentant tant bien que mal de vraiment s’y mettre, et de rentrer dans ce personnage qui n’était pas si différent de lui, Adriel essayait de faire abstraction de l’agitation qui régnait autour de lui. Hazel venait de faire son retour dans sa loge, il avait claqué la porte comme il pouvait le faire quand il rentrait chez eux. Enya, elle venait d’allumer une cigarette, il avait entendu le bruit du briquet au moment où elle était passé devant sa porte. Une chance que ses pensées soient occupées ailleurs, et qu’il ne puisse pas se permettre de mettre de côtés ses bonnes intentions, sinon elle aurait encore eu le droit au sermon habituel.
    Intolérant? Il commençait à se demander si ce n’était pas vraiment le cas.
    Fronçant les sourcils, le jeune homme jeta les feuilles sur la table devant lui, s’allongeant sur le sofa tout en posant son bras sur ses yeux. Sa lassitude venait de l’emporter sur sa véritable envie de faire mieux et de terminer au plus vite cette horrible journée.
    Car, connaissant monsieur Laurens, ils ne finiraient pas temps que les acteurs ne soient pas au top. Et vu comment cela avait pu commencer, ils seraient encore là demain. Ce ne serait pas la première fois d’ailleurs, que l’équipe travaille jusque tard dans la nuit, à croire que personne n’a de vie en dehors de ces foutus studios.


{C'est pas top et je m'en excuse.. je ferais mieux promis XD}

_________________
    H.IDE behind an empty face
    Don't ask too much, just say
    'Cause this is just a G.AME
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Laurens

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 32

behind your PART__
MOOD: .Impitoyable
CARNET D'ADRESSES:

MessageSujet: Re: Into the fire {pv Carter Laurens niarkk}   Mer 10 Juin - 23:07


    « Où est Adriel ? » Devant l’absence de réponse, Carter jura un bon coup avant de répéter sa question ; le régisseur au plus près de lui s’empressa de lui désigner la direction des loges. Le remerciant avec tout ce que l’on faisait de plus piquant en matière de sarcasme, le réalisateur s’éloigna quand sa route croisa celle d’Aeryn. Elle le dévisagea dans un sourire malicieux et il lui souffla presque immédiatement que ce n’était absolument pas le moment ; sentant l’exaspération chez lui, elle n’insista qu’une fois avant de se résigner. Cependant, quand il lui passa devant, il ne put s’empêcher de lui frôler la cuisse, non sans un regard par-dessus son épaule qui lui permit de s’assurer que son épouse, ou qui que ce soit, n’avait pu surprendre ce geste. Quand sa conscience de démon fût apaisée, il se dirigea pleinement vers sa destination.

    A l’image d’Hazel, Adriel représentait sa réalisation, son oeuvre. Enya et Eleanor, c’était une autre affaire, celle de Thalyss principalement, alors que les deux jeunes acteurs avaient immédiatement su séduire les réticences de réalisateur qu’il se connaissait bien. Il avait fait d’eux ce qu’ils étaient désormais, il en était convaincu, n’en déplaise même aux principaux concernés. Mais, des deux, Carter admettait - seulement devant lui-même - un certain faible pour Adriel. En effet, contrairement à Hazel, le jeune McKinston avait eu une singularité si forte qu’il s’était approprié une part colossale et défendue de l’âme corrompue de Carter ; celui-ci préférait souvent le nier, mais il n’empêchait qu’Adriel demeurait en quelques sortes son favori. Peut être simplement parce qu’il était l’incarnation d’une de ses réussites professionnelles les plus abouties et les plus reconnues. Ou peut être pas. Voire pas seulement.

    « Enya, héla soudainement Carter à l’adresse de la jeune actrice à quelques pas devant lui. » Elle se retourna, et il ne sut jauger son impression - et fit vite l’indifférent d’ailleurs. Elle ne réagit en tous les cas pas suffisamment vite pour empêcher son réalisateur de lui subtiliser sa cigarette, geste sur lequel il lui fit un clin d’œil. Il tourna presque aussitôt les talons et, glissant l’index sur ses lèvres à destination d’Enya dans un sourire presque étrangement complice, il poussa silencieusement la porte d’Adriel. La jeune fille n’eut pas le luxe de réagir que Carter avait déjà refermé derrière lui avec toute autant de précautions qu’à l’ouverture.

    Balayant la pièce d’un vague regard d’habitué, Carter porta la cigarette allumée à ses lèvres, de laquelle il tira une longue bouffée. L’odeur du tabac frais ne tarderait pas à venir caresser les sinus du jeune acteur, si bien que le réalisateur choisit de s’annoncer presque aussitôt. La seule précaution qu’il prit sur l’instant fût de s’installer dos à la porte, certain de n’être ainsi surpris par personne. Il se permit une nouvelle bouffée de tabac avant toute répartie, quelle qu'elle soit. « Ce n’est sûrement pas ta performance d’aujourd’hui qui a pu te fatiguer, Adriel. » Mi narquois, mi froid, Carter se complaisait dans une attitude tout ce que l’on pouvait faire de plus coutumière. Oui, Adriel était son favori, mais cela comportait également des exigences encore bien supérieures à n’importe qui, si c’était seulement possible. « On n’avait pas vu acteur plus médiocre depuis Ben Affleck. » Parce que Carter ne supportait pas le susdit acteur en question, ce que tout le monde savait ; une très longue histoire.

    Provocation faite, il écrasa sa cigarette sur le rebord de la table jusqu’à son côté, d’une inutilité apparente pour le moins frappante. Il y laissa le restant, équivalent aux deux tiers, et s’approcha d’Adriel, par la même du sofa. Il n’y vint pas à proprement parler mais dessina un long demi cercle qui lui permit d’observer son acteur sous un angle évolutif durant quelques secondes. Il inspira profondément, mimant l’exaspération, et expira de la même manière. Quand il eut fini son manège de comédien débutant, il reprit la parole. « Tu ne pourras pas te plaindre d’être passé numéro deux. On a toujours ce que l’on mérite, c’est ainsi. » Le réalisateur haussa ostensiblement les épaules avant de se diriger vers la porte d’une démarche on ne peut plus naturelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriel McKinston
S.till playing with D. olls

avatar

Messages : 408
Date d'inscription : 24/05/2009
Age : 27
PSEUDO : Crying Shame, Puppy, Peaches...
AVATAR : The One... Jared Leto <3 by Puppy
GROUPE : escape to the STARS

behind your PART__
MOOD: Cloudy like the weather...
CARNET D'ADRESSES:

MessageSujet: Re: Into the fire {pv Carter Laurens niarkk}   Jeu 11 Juin - 10:39


    L’acteur avait entendu le bruit familier des pas du réalisateur. Il s’était crispé, fermant fortement les yeux tout en se concentrant sur sa respiration qui venait de s’accélérer. Traumatisé? Non peut être pas, toujours est-il que les visites de son charmant réalisateur n’étaient pas des plus agréables – en général – et que, se connaissant comme il pouvait se connaître, il savait pertinemment qu’il n’était pas en état de supporter une nouvelle série de railleries ou d’autres choses en fait.
    La porte finit par s’ouvrir, le parfum subtil de Carter embaumant la pièce d’un seul coup, à cette odeur quelque peu agréable venant s’ajouter, beaucoup moins plaisante, l’odeur du tabac. Abruti… A croire que cela est plaisant de jouer avec les nerfs d’une personne. Aurait-il oublié que Carter est tout sauf aimable?

    Ne bougeant pas, Adriel continua à jouer au mort, espérant que peut être, ô grand peut être, le jeune importun le laisserait en paix. Erreur. La première remarque le fit sourire, d’un sourire amer certes, mais sourire quand même. La seconde, et la dernière encore plus, le firent grincer des dents. Il attendit encore un instant, hésitant entre jouer au moine bouddhiste et répondre avec toute la suffisance qu’il était capable de trouver, ou bien l’envoyer paître comme il avait l’habitude de le faire depuis qu’il avait compris son manège et qu’il avait un tant soit peu gagner en assurance.

    "Je suis flatté de la comparaison Carter, franchement c’est très aimable à toi, lâcha-t-il sarcastique." Adriel se redressa légèrement, ôtant son bras de devant son visage pour poser son regard sur Carter, les sourcils légèrement froncés.
    Il finit enfin pas s’asseoir correctement, sa position précédente étant quelque peu inconfortable. Croisant les jambes, Adriel n’avait pas lâché des yeux celui qui se tenait devant la porte. Une visite éclair, juste pour lui souffler ces quelques railleries aux oreilles? D’ordinaire, cela durait plus longtemps, et ce n’était pas aussi ‘gentil’, Carter aurait-il finit par se lasser de son petit jeu sordide?

    "Qui te dit que je n’ai pas toujours été le ‘numéro deux’? C’est vrai, quand on regarde bien, j’ai toujours eu les seconds rôles. Il y a trois ans, c’est Hazel que tout le monde regardait, n’ai-je pas raison? "
    Il était las c’est vrai, mais son regard avait retrouvé sa froideur habituelle, ce petit truc qui faisait qu’un journaliste un peu stupide et fort peu sûr de lui, baissait les yeux d’un seul coup pour ensuite marqué dans son article que l’acteur était distant et froid, voir même un peu prétentieux. Et quelle prétention? Celle d’avoir une carrière plus ou moins remplie qui lui vaut l’honneur, que dis-je le privilège d’être la coqueluche des minettes aux hormones déréglées, et des journalistes malsains qui aiment dire tout et n’importe quoi sur à peu près tout le monde? Qu’elle chance il avait n’empêche….
    Le jeune homme secoua placidement la tête, comme pour chasser ces stupidités de son esprit, fermant un instant les yeux pour reposer son regard clair en face de lui.

    "Sérieusement Carter… Tu ne te lasseras jamais d’un tel comportement? J’ai essayé de te comprendre, mais j’avoue tu n’es pas facile à déchiffrer. Ca t’amuses tant que ça de me rabaisser et de jouer avec mes nerfs?, dit-il au bout d’un instant, sa voix dénuée de tout sarcasme et de tout amusant"
    Ils avaient compris, aussi bien Hazel que lui, qu’avec cet homme il était hors de question de se croire en vacances ou sur un terrain de jeu. Hazel et son caractère enfantin en avait payé le prix fort au bout de quelques jours de tournage. Dans un sens, Adriel se demandait comment il pouvait supporter la présence de Thalyss à ses côtés, ils avaient beau de se ressembler sur certains points, Thalyss était beaucoup plus.. Agréable à vivre que ce type.
    Le regard d’acier d’Adriel se reposa sur son interlocuteur qui n’avait toujours pas bougé, visiblement entiché de la porte pour rester si proche de cette dernière. Ou alors il restait ici pour pouvoir s’enfuir plus aisément une fois son petit jeu terminé, comme à chaque fois.

_________________
    H.IDE behind an empty face
    Don't ask too much, just say
    'Cause this is just a G.AME
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Laurens

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 32

behind your PART__
MOOD: .Impitoyable
CARNET D'ADRESSES:

MessageSujet: Re: Into the fire {pv Carter Laurens niarkk}   Jeu 11 Juin - 11:43


    « Pourquoi te rabaisserai-je, allons ? » D’un petit sourire narquois, penchant la tête sur le côté, se retournant à demi et esquissant une légère moue ingénue, Carter fit l’étonné pendant quelques infimes secondes de silence. A tout prendre, il était même plus crédible dans le rôle de l’innocent que dans celui du coupable ; Adriel, fort heureusement pour lui, voyait avec les yeux d’un initié désormais. « Cela ne m’amuse pas seulement, Adriel. C’est tout à fait excitant, en fait. » Passant ainsi du chaud au froid, le réalisateur ne s’en sentit absolument perturbé, jouant son double-jeu avec un naturel tout bonnement approprié à la situation. Du même instinct, et fixant le jeune acteur d’un œil malicieux, il glissa sa main dans le fond de la poche de son jean en se mordillant la lèvre inférieure. Il laissa cet instant durer en longueur encore quelque peu, puis reprit : « Tu n’as jamais trouvé jouissif, toi, de pouvoir dominer quelqu’un rien que par la seule force de ta vanité ? Il fût un temps où tu ne trouvais pas de bon ton d’encenser la vanité de ton soit disant ami Hazel. » Et la froideur native de son discours concorda très exactement avec la fin de sa phrase. « Alors pourquoi te rabaisserai-je, pauvre idiot, quand on pense que tu peux le faire de ton propre gré ? » Arquant un sourcil, le réalisateur avait progressivement apprivoisé une part de colère semblant toute naturelle alors qu’elle était, en réalité, proprement factice.

    A cet instant précis, Carter s’éloigna de la porte pour s’approcher d’Adriel, et n’y alla guère par quatre chemins. Se penchant sur lui, le réalisateur saisit l’acteur par le col, glissa ses doigts jusqu’à sa nuque et l’approcha de lui d’autant plus intensément. Il passa furtivement sa langues sur ses propres lèvres, et déclara avec une acidité croissante : « A force d’être blasé de tout, tu n’es plus bon à rien. Tu te contentes de ce qu’on te donne et ne prend même plus la peine de prendre ce qu’on te doit. Tu observes, en abject spectateur à une longue déchéance croissante et infinie qui finit par te conduire à la plus infâme des médiocrités. Au second plan, toi, Adriel ? Ricana le réalisateur. Il n’appartient qu’à ta stupide fierté de laisser s’exprimer le peu de talent que j’ai su voir en toi. » Abandonnant la nuque de son acteur, Carter saisit pleinement le vêtement d’Adriel en le maintenant fermement. « N’oublie pas ce que je t’ai donné. N’oublie pas ce que j’ai fait de toi. Et n’oublie surtout pas ce que je t’ai appris. Et, si je ne m’abuse, continua-t-il dans un souffle, je ne t’ai pas appris à t’effacer devant le premier prodige de série B venu. »

    Sur ces mots, Carter le relâcha pour enfin se redresser. Malgré lui, la colère était venue se loger dans le fond de son esprit et, encore une fois, il y avait cédé. Il était trop délectable de pouvoir exprimer cette puissance, cette violence, méprisable mais ô combien jouissive. Tout était affaire de pouvoir et de voir Adriel se monter contre lui avec seulement de la forme mais sans fond le laissait profondément déçu, ou plutôt contrarié, ou injurié. Il attendait bien plus de quelqu’un comme Adriel. D’ailleurs, cette sourde colère montant en lui fût probablement la raison pour laquelle il devint cru juste ensuite.

    « Je ne peux pas tolérer cette faiblesse latente en toi, ce manque de volonté et de personnalité. Tu ne sais bien que mimer la révolte contre moi, mais tu n’en peux rien. Non, répéta-t-il avec un mépris clairement affiché, tu n’en peux rien… et voilà la raison pour laquelle tu ne pourras jamais me baiser. »

    Pendant ces quelques secondes de discours, Carter s’était laissé envahir par un besoin vif de s’exprimer, et de dévoiler quelque chose. Il n’en était finalement rien mais sa capacité à également jouer la comédie quand il le voulait le servait ici fort brillamment. Aucune fausse note, tout y était, probablement parce qu’il était parvenu à éveiller chez lui toute la profondeur et la violence de son ressentiment jusqu’à ce qu’il serve ses intérêts. Personne n’avait dit que le réalisateur n’avait pas su s’appliquer à lui-même ce qu’il savait appliquer aux autres…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriel McKinston
S.till playing with D. olls

avatar

Messages : 408
Date d'inscription : 24/05/2009
Age : 27
PSEUDO : Crying Shame, Puppy, Peaches...
AVATAR : The One... Jared Leto <3 by Puppy
GROUPE : escape to the STARS

behind your PART__
MOOD: Cloudy like the weather...
CARNET D'ADRESSES:

MessageSujet: Re: Into the fire {pv Carter Laurens niarkk}   Jeu 11 Juin - 12:52

    Détournant le regard pour ne pas avoir à supporter plus avant ces sordides mimiques qui au font n’étaient là que pour lui faire perdre pied, Adriel rêvait de jouer au sourd et de pouvoir se détacher ne serait-ce que quelques instants de ce lieu où le calme n’était plus l’unique maître. Il le savait malsain, mais à ce point il en était encore étonné.
    Adriel tourna brusquement la tête vers Carter, ces simples mots résonnant à ses oreilles comme la pire des vilenies. Le simple fait d’entendre le prénom d’Hazel dit d’une telle façon et dans un contexte si peu honorable, l’agaça. Il se mordit la lèvre, frustré. Il avait constaté avec stupeur que Carter était bien la seule personne capable de réellement le faire réagir au quart de tour.

    Le jeune acteur retint son souffle, troublé par la soudaine promiscuité que venait d’instaurer son réalisateur. Déglutissant avec peine comme le ferait un gamin qui vint de subir le sermon de son père, Adriel resta cependant impassible, faisant de son mieux pour ne pas laisser transparaître le mal être et le flot de haine qui pouvait manquer de le submerger en cet instant précis. Oui au fond, même s’il est vrai qu’il le désirait, il haïssait Carter au plus haut point. Même s’il lui tenait tête, cela restait pathétique et peu puissant pour avoir de réels effets sur le réalisateur, qui au fond avait plus ou moins raison.

    "Ma fierté? Tu l’as si sauvagement entaché qu’elle ne m’est plus d’aucune utilité. Et ce n’est sûrement pas elle qui me rend si médiocre, souffla-t-il, la voix légèrement tremblante. Certaines de tes méthodes n’ont peut être plus d’effet sur moi, si tu veux me motiver et voir celui que tu as forgé il y a trois ans, il faudra te montrer plus convaincant…"
    Il le relâcha à son plus grand soulagement. En plus d’avoir eu l’audace de faire monter d’un cran son envie de le faire taire, Carter avait éveillé en lui des désirs bien plus meurtriers qu’il se devait de refouler, de peur de voir l’un de ses plus lourds secrets révélés aux yeux des autres. Cruelle sensation que de devoir rester sourd à ses besoins les plus basiques et les plus naturels.
    Fermant les yeux en tentant de recouvrer une respiration un tant soit peu normale, Adriel releva la tête d’un seul geste, posant un regard surpris dans lequel brûlait de la colère sur le réalisateur.

    Le point sensible venait d’être touché. Adriel esquissa un sourire amer, tournant légèrement la tête pour ne pas avoir à supporter ce regard qui le troublait plus qu’il ne le voudrait.

    "Tu perds patience pour utiliser un tel langage, railla l’acteur son sourire toujours figé sur ses lèvres. Je suis acteur après tout, je ne sais que ‘mimer’ les sentiments de mon personnage, il faut croire que mon métier a déteint sur moi"
    Son timbre trahissait sa perte de patience, ce manque de contrôler qui commençait à lui brûler "Qui te dis que j’en ai envie? De nous deux, tu es celui qui a instauré ce petit jeu entre nous, je n’ai fait que te suivre tu sais. "
    Adriel se redressa, s’installant un peu mieux dans le sofa, mourrant d’envie de se montrer à son tour provocant et d’inverser ne serait-ce qu’une fois les rôles. Il savait pourtant que ce genre de tentation était dangereux et qu’il risquait de se faire dominer une fois de plus, chose qu’il détestait d’ailleurs.

    "Ne t’es-tu jamais demandé pourquoi je ne faisais que simuler un semblant de révolte? Carter, si jamais un jour je venais à vraiment m’énerver, tu perdrais de ta superbe et risquerais fortement de regretter tes provocations"
    Utilisant la même acidité que celle dont avait fait preuve la réalisateur, Adriel leva légèrement un sourcil, son regard devenant provocateur à mesure qu’il sentait cette colère qu’avait su éveillé Carter, glisser dans ses veines, irradier la moindre parcelle de son être. Il sentait aussi que, malgré tous ses efforts, le véritable Adriel reprenait lentement le dessus, pour son plus grand désespoir.



_________________
    H.IDE behind an empty face
    Don't ask too much, just say
    'Cause this is just a G.AME
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Laurens

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 32

behind your PART__
MOOD: .Impitoyable
CARNET D'ADRESSES:

MessageSujet: Re: Into the fire {pv Carter Laurens niarkk}   Jeu 11 Juin - 13:12


    « Tu es beau dans ta révolte, Adriel, lui confia le réalisateur avec neutralité. Mais puéril également. Avec tes ’il faut croire’, tes ’si jamais un jour’, ces petites menaces flottantes qui ne pourraient pas même intimider ma propre femme. Si tu as ne serait-ce qu’un peu de l’audace que tu prétends avoir, lève-toi et viens me le démontrer. Je t’attends. » Usant d’un savant mélange promptement concocté de colère et de provocation, Carter haussa le sourcil pour appuyer son propos et se tint aussi droit que possible ; dans cette posture, il redevint de sa prestance coutumière qui fit jurer son ascension de colère de précédemment.
    Cela étant, cette attitude sur jouée avait eu le bon goût de mettre Adriel en condition pour lui faire front et oser l’impensable. Il était nécessairement que le réalisateur soit en position de faiblesse, même si ce n’était que d’apparence, afin que le jeune acteur prenne sur lui de se dévoiler un peu plus, à la fois subversif et provocateur, audacieux et réactif. Encore une fois, Carter était confiant en son manège, car plus mature ou non, Adriel restait un homme qu’il avait su apprivoiser, ou plutôt dont il savait éveiller bien des instants à son doux loisir.

    « Viens joindre le geste à la parole, je n’attends plus que toi. Tu ne m’effraies pas, Adriel, et tu n’es jamais capable que de mots sans profondeur, de ces mots totalement méprisables qui font de toi un acteur de second plan. Je sais que ça t’a mis hors de toi la manière dont j’ai parlé d’Hazel, car, après tout, vous êtes amis, mais tu n’as pas réagi en le défendant et j’espère que tu t’en rends compte. Alors ? Est-ce que tu crèves de jalousie ou bien est-ce que tu n’as décidemment que trop de retenue pour finalement montrer ce que tu vaux ?
    Tu sais ce que je crois ? Je crois que tu n’as qu’une belle et grande gueule. Tout cela a bien marché un temps, mais juste un temps. Alors viens me donner une bonne raison de garder ta provocation collégiale dans mes cartes. Ou alors admets une bonne fois pour toute que ta passable lassitude n’est en fait qu’un caprice de jeune premier totalement dépassé par un niveau dont il ne mesurait pas la hauteur. »

    Au fond de lui, Carter savait pertinemment qu’il exagérait, et encore, pas tant que cela. Mais la formulation, l’alignement, le choix de tout et de n’importe quoi, tout ce manège était ô combien crucial pour éveiller les plus profonds instincts d’Adriel. Cette fois-ci, il avait bel et bien choisi de ne pas attaquer l’acteur dans ses péchés de chair, notamment parce que lui-même ne se sentait pas disposé à jouer ce jeu. Cela étant, il préférait garder cet atout sous la main, au cas où il aurait finalement dû en user, bien qu’il n’y croyait pas tellement vu l’état actuel des choses. Il était bel et bien confiant, d’autant qu’Adriel ne changeait pas son attitude par rapport aux autres fois. Il espérait simplement que tout ce petit jeu ne s’éterniserait pas trop longtemps, car ils avaient encore bien du travail et que Carter espérait pouvoir visiter Hazel avant d’y retourner. Après tout, il fallait savoir entretenir les deux facettes de la réussite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriel McKinston
S.till playing with D. olls

avatar

Messages : 408
Date d'inscription : 24/05/2009
Age : 27
PSEUDO : Crying Shame, Puppy, Peaches...
AVATAR : The One... Jared Leto <3 by Puppy
GROUPE : escape to the STARS

behind your PART__
MOOD: Cloudy like the weather...
CARNET D'ADRESSES:

MessageSujet: Re: Into the fire {pv Carter Laurens niarkk}   Jeu 11 Juin - 18:27


    Adriel retint un soudain éclat de rire. Une hilarité grotesque qui trouvait sa source dans les premiers mots du réalisateur.
    "Ta femme? Carter si tu savais.. Elle me connaît bien mieux que toi, et sait mieux que quiconque que ce ne sont nullement des paroles en l’air, lâcha le jeune acteur à nouveau sarcastique. Et depuis le temps que tu me connais, tu devrais savoir que je ne suis pas du genre à me jeter sur un pauvre type qui me provoque."
    La prestance du réalisateur l’amusa un peu plus, il retrouvait le Carter qu’il avait connu le jour de son audition il y a trois ans, l’homme qui avait réussit à le mettre tant mal à l’aise, qu’il n’avait pas été capable de tenir son script dans ses mains, devant usé de sa mémoire pour jouer son texte.

    "Jaloux? D’Hazel? Mais bien sûr.. C’est ça, j’en suis jaloux à tel point que je deviens médiocre et ne fais rien pour le surpasser." Même s’il affichait toujours un air quelque peu amusé, ses yeux eux ne riaient plus. Il savait que Carter venait de finement mener son jeu, qu’il avait réussit à l’amener là où il le souhaitait comme à chaque fois. S’en était agaçant à la longue, de se voir manipuler de la sorte par un homme pareil.

    L’autre point sensible. Après Hazel qu’il n’avait certes pas cherché à vraiment défendre, à quoi cela servait-il de le faire? Le réalisateur avait eu l’audace de le rabaisser une fois de plus au rang de ces pauvres types dénués de tout talent et tout attrait. Ces types qui étaient en haut de l’affiche par Dieu seul sait quel miracle.
    Son ‘manque’ l’avait rendu irritable, fâcheusement irritable et bien qu’il avait tenté de se contrôler, en puisant dans ses plus profondes ressources, Adriel se leva, d’un bout, leste et souple. Brisant l’espace qui le séparait de la vermine qui l’importunait en quelques secondes, forçant sa proie à reculer, Adriel usa de toute sa force pour le plaquer sur le mur. L’impact fit glisser de son attache le cadre qui se tenait sur leur droite, qui vint brutalement s’écraser au sol, voulant en mille morceaux.
    Ses doigts étaient venus se crisper sur l’impeccable col de la chemise de Carter.

    "Je t’interdis… De me comparer à ces acteurs qui te répugnent et que tu aimes tourner en ridicule parce qu’ils sont médiocres à tes yeux!, dit-il d’une voix dure et froide. Tu n’as jamais cessé de t’amuser avec moi, de me provoquer pour te retirer au moment où tu le jugeais propice. Tu joues de ma faiblesse s’en est pathétique."
    Il s’arrête un instant, desserrant légèrement sa prise, baissant la tête. Une odeur, aussi imperceptible que troublant venait d’envahir son être, le faisant trembler avec violence. L’homme retroussa ses lèvres dans un geste quasiment animal, sa langue effleurant doucement ses dents. Il secoua la tête, reposant son regard sur Carter. Son regard, il avait changé. De teinte, de reflet. La haine sourde partageait l’azur métallique avec une autre flamme plus intense et inquiétante.

    "Je suis peut être puéril, ou beau parleur, soit si c’est comme cela que tes yeux me voient" Souffla l’acteur se rapprochant un peu plus du visage si tenant de Carter, ses doigts se resserrant à nouveau sur le fragile morceau de tissu qui emprisonnait la gorge de sa proie si enivrante et envoûtante.

    "Si tu crois qu’une série comme la tienne peut être capable de me faire perdre pied et de me dépasser, tu te trompes. Des vampires factices ne me font pas peur, si tu savais à quel point" Un sourire malicieux étira ses lèvres fines, laissant apparaître un court instant ses dents. Il se délectait de la situation en fin de compte, s’amusait avec un plaisir démesuré à agripper ce col ridicule, à forcer le réalisateur de ne pas bouger, le maintenant sous son contrôle à l’aide d’une poigne qui n’avait rien de vraiment humain.

_________________
    H.IDE behind an empty face
    Don't ask too much, just say
    'Cause this is just a G.AME
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Into the fire {pv Carter Laurens niarkk}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Into the fire {pv Carter Laurens niarkk}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isabella Eloïse Carter {OK}
» Maison de Carter (-18 ans)
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
__ R.esonance of F.ate :: Chronicles' studios :: B.ehind the set-
Sauter vers: