AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 - BESTFRIEND (m) •• « lucky luke, il a pas peur de personne. »

Aller en bas 
AuteurMessage
MJ Spencewrights

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 06/06/2009
Age : 27

MessageSujet: - BESTFRIEND (m) •• « lucky luke, il a pas peur de personne. »   Sam 6 Juin - 18:34

    Nom et Prénom : je vous laisse choisir (: Mais, pour éviter que je me plante dans la suite, je l'ai appelé Aksel (aa)
    Age : dix-neuf ans.
    Caractère : immature - chiant - dragueur (à l'exception de MJ bien qu'elle n'échappe pas à certaines remarques) - téméraire - casse cou - bavard - irresponsable - fêtard - hilarant - taré - impulsif - trop susceptible - bagarreur - bordélique - farceur - râleur - imprévisible - inconscient - franc - maladroit.


    Personnalité sur l'avatar : Mathias Lauridsen - négociable (:
    -c- misery angel

    Nature de la relation : /meilleurs amis/
    Un rire d'enfant éclata dans l'immense maison, entrecoupé de cris & suivit de pas bruyant. Un enfant entra en trombe dans le salon, refermant derrière lui la porte qu'il chercha à bloquer en s'appuyant contre de tout son poids. De la peinture dans ses cheveux, sur le visage qu'il avait essayé de chasser avec le revers de son pull - ce qui n'avait certainement pas été d'une grande utilité puisque même ces vêtements en étaient recouvert - et son arme fatal à la main, Calamity Jane se savait vaincue. De l'autre côté de la porte se tenait Lucky Luke, lui aussi armé et couvert de peinture. La tête de plus et surtout les muscles supplémentaires permirent à ce dernier de prendre le dessus sur son adversaire. Et bientôt, la porte s'ouvrit assez pour qu'il puisse se faufiler lui aussi dans la pièce. La fillette avait aussitôt reculé pour se réfugier derrière le canapé. Chacun pointa son arme sur l'autre, pressant la gâchette. La seconde plus tard, chacun scandait quelque chose qui ressemblait à : « Bang Bang ! T'es mort(e) ! ». Bien entendu, aucun des deux ne succomba de ses blessures car, à la place d'une balle, ce fut de la peinture qui traversa la pièce. Leur petit jeu continua encore une vingtaine de minutes jusqu'à ce qu'ils aperçurent la mère de notre Lucky Luke, les regardant d'un air noir à travers la baie vitrée et s'approchant dangereusement de la porte d'entrée. Aussitôt, ils fuirent vers la chambre du jeune homme, pour y cacher leurs pistolets. Ils eurent tout juste le temps avant que la porte ne s'ouvre brutalement, laissant apparaitre la femme qui les menaçait du regard quelques minutes plus tôt. Et, aussi soudainement qu'elle était apparue, elle se mit à brailler si fort que les deux enfants qui ne l'avaient jamais vu dans cet état tombèrent sur le lit tellement ils étaient surpris.
    « Non mais vous deux ! J'vous jure ! Qu'est-ce qu'ils vous a pris ?! Déjà, on avait dit qu'on ne faisait la peinture que dehors ! Tout comme les pistolets à eau qui, par définition, sont à remplir avec de l'eau ! Et pas de la peinture ! Alors, vous pouvez m'expliquer ce que vous faisiez : avec les pistolets remplis de peinture dans la maison et en plus d'avoir mis les costumes si chers que vous a acheté Edvige ?! Quand est-ce que vous allez vous arrêter, heiin ? Je crois qu'aujourd'hui vous avez fait encore pire que la fois où vous aviez réussi à vous faire enfermer toute la nuit dans le magasin de jouets ! Au moins, ce jour-là : vous n'aviez rien gâché ! »
    Comme souvent, les gamins avaient décroché dès la première phrase, ils hochaient pourtant la tête d'un air compatissant tout en se lançant des regards pleins de malice et des sourires mal dissimulés. Et, lorsque la mère d'Aksel eut finit son speech, ils déclarèrent en cœur : « C'est pas moi qu'est commencé ! »
    A la suite de quoi, on avait essayé de les séparer, en vain. Chacun refusait de faire quoi que ce soit et mettait toujours leur costume fétiche. C'est d'ailleurs pourquoi ils ont conservé les surnoms qu'ils s'étaient donnés ce jour-là.

    & bien, cette scène, c'était il y a quinze ans. Et, ça n'a pas tellement changé.
    Ils se sont rencontrés alors qu'ils avaient à peine trois ans mais, contrairement aux histoires d'amitié traditionnelles : la leur n'a pas commencé à l'école. Non, en fait, c'est plutôt après les cours puisque la mère d'Aksel n'était autre que la nourrice chez qui MJ allait. Du même âge, il n'est pas étonnant d'apprendre que, contraint de se supporter, ils sont devenus amis. Au grand regrès des parents de chacun d'ailleurs… surtout les années où ils se sont retrouvés dans la même classe. Et, malgré le temps, les sous-entendus qui les entourent, les disputes (tous les deux têtes de mule, c'est dur d'y échapper mais ça ne dure jamais longtemps), leur amitié n'a pas pris la moindre ride. Un exemple ?

    C'était il y a un peu plus d'un moi, la nuit était tombée. A la hauteur des gigantesques murs qui entouraient les studios de la nouvelle série à succès, on entendait des jurons… En s'approchant un peu plus, on observait une jeune femme aux boucles d'or, aux yeux verrons en équilibre sur les épaules d'un jeune homme du même âge, lui aussi à la crinière blonde.
    « Ai le malheur de me faire tomber, et je te jure que j't'achève à coups d'pèle. » « Aah ! MJ, t'aurais du continuer le sport ! ou alors manges moins ! »
    Une grimace fissura le visage du garçon quand Mary-Jane fit exprès de s'appuyer de tout son poids pour lui fait mal tout en disant en serrant les dents :
    « Tu peux parler ! on dirait que t'es enceinte. » « Quoi ?! Tu rigoles ?! »
    La réplique de son amie l'avait déconcentré si bien qu'il la lâcha avant de se reculer. Par miracle, elle eut le réflexe de se rattraper au mur qu'elle avait atteint si péniblement.
    « AKSEL ! J'vais te tuer !!! »
    Les pieds dans le vide, elle se hissa avec difficulté et parvint à monter complètement sur le mur, sur lequel elle s'essaya comme sur un cheval. Elle lui lança un regard noir qui se suivit d'un éclat de rire partagé. Aksel avait réalisé sa bêtise un peu trop tard mais, le fait que MJ aurait pu mourir ne lui avait jamais effleuré l'esprit. Ils avaient tellement fait de conneries ensemble, tellement mis leur vie en danger qu'ils ne s'en rendaient même plus compte. Et puis, ensemble, ils étaient invincible alors, aucun n'imaginait qu'un jour, ils pourraient être séparé. C'est d'ailleurs ce qui avait toujours été un désavantage dans les relations amoureuses qu'ils avaient, l'autre était toujours trop protecteur ou trop présent. Mais méfiez-vous de ce qu'on a pu vous dire, ce n'est qu'une belle histoire d'amitié, rien de plus. Bref, revenons-en à nos deux cascadeurs novices.
    « Euh, je crois qu'on a un soucis : tu montes comment maintenant ? » « Envoies moi une corde. si t'en as pas, prends une liane d'un arbre. » « Non mais, tu vois des arbres là toi ? Tu veux peut-être que j'improvise une échelle avec des morceaux de bois invisible, nah ? » « Tu peux parler. qui c'est qu'a voulu que je construise un abri avec des brandes de bois et des tiges de feuille quand on était pommé en forêt la dernière fois ? » « C'est différent ! T'es un garçon, c'est censé être ton domaine ! »

    Leur petite querelle dura près de dix minutes supplémentaires avant qu'ils ne trouvent finalement une solution qui leur permirent d'entrer tous les deux dans les jardins des studios. Qu'y faisaient-ils ? C'est simple : espérant tous les deux devenir journaliste avant même d'avoir obtenu leur diplôme, ils se sont invités sur les tournages… pour y trouver quelques secrets croustillants. Mais, leur soirée ne fut pas aussi fructueuse qu'ils l'espéraient. Au contraire. Seulement, pour éviter de devoir jouer de nouveau les cascadeurs, MJ a volé l'un des pass qui permet d'entrer dans les studios et, ils ont demandé à l'un de leurs amis de leur en faire un avec leur nom et photographies. C'est peut-être ce qui explique leur présence alors qu'ils n'y sont pas autorisés &, quand on leur demande à quoi ils travaillent : ils ont la même version. Ils seraient assistant, mais, personne ne sait de quoi ni de qui parce qu'ils vont toujours des descriptions très vagues en déclarant oublier à chaque fois le nom de la personne pour qui ils sont censés travailler.


    Autre : a passé son enfance en Ohio à Columbus avant de partir faire ses universités à l'université de la Nouvelle Orléans avec MJ où ils vivent dans le même appartement avec le chien de Mary-Jane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
- BESTFRIEND (m) •• « lucky luke, il a pas peur de personne. »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» presentation de lucky luke
» Lucky Luke
» LUCKY LUKE
» La bande dessinée
» Balbuzard pêcheur (étape par étape)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
__ R.esonance of F.ate :: Let's the castings begin :: D.eux Ex M.achina-
Sauter vers: