AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Old sad memories (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
John L. Smith

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 29
PSEUDO : Eilistraée
AVATAR : Ian Somerhalder

behind your PART__
MOOD: Every day is a sad day.
CARNET D'ADRESSES:

MessageSujet: Old sad memories (libre)   Dim 5 Juil - 18:00

    Contre toute attente, la végétation avait repris ses droits. Les arbres aux racines gluantes avaient étendu leurs ramures aussi loin qu'ils le pouvaient, la mousse avait éclaté les murs de pierre et les herbes folles crevaient les pavés qui se désolidarisaient lentement sous la pression des végétaux. L'imposante bâtisse qui avait jadis été sienne n'était plus qu'une ruine. Quelques murs continuaient vaillamment de tenir, la toiture de tuiles fines avait disparu, la petite terrasse était envahie par les ronces qui lançaient leurs spires piquantes autour des balustrades. Des fenêtres aveugles s'ouvraient sur des ténèbres que même les rayons argentés de la lune ne parvenaient pas à percer. Il distinguait les ombres furtives et rampantes d'animaux qui s'aventuraient dans cette demeure chargée de souvenirs mais dans laquelle il n'osait s'aventurer.
    La plantation de la Pointe du Lac avait perdu de sa superbe. La peinture s'écaillait, des graffitis s'étalaient sur les murs de bois. L'humidité avait dû gonfler les boiseries à l'intérieur et les pillards et autres squatteurs avaient dû violer cet endroit où il avait grandi. Une boule douloureuse se forma dans la gorge de Louis, tandis que des images issues d'un temps révolu l'assaillait. Il y a quelques siècles, on aurait entendu les travailleurs créoles chanter au son de leurs tambours, on aurait croisé ses soeurs qui tressaient des fleurs assises dans les parterres de fleurs odorantes, on aurait profité d'une délicieuse et rafraîchissante boisson préparée par les domestiques. Avançant comme un automate, guidé par ces souvenirs doux amers, Louis s'enfonça dans la petite jungle humide qui avait été un jardin magnifique. Là, au détour des palétuviers et des petits bras d'eau issus du Mississipi, il y avait la chapelle. L'endroit que son frère avait préféré plus que tout, l'endroit où ce dernier trouvait refuge avant que...Louis s'arrêta à ce qui avait été l'embrasure d'une porte de bois ouvragé. L'odeur de l'encens et de la cire des cierges avait été dispersée depuis longtemps pourtant le vampire était persuadé de pouvoir encore humer ce parfum de chrétienté et de foi. Paul avait rejoint la meute des nombreux fantômes qui hantaient la conscience de Louis. Une main posée sur la pierre froide et humide, il se laissa glisser jusqu'au sol, le front appuyé sur ce chambranle qui avait des allures de frontière entre le monde du passé et le présent.
    C'était ici qu'il avait perdu la vie et s'était éveillé à une nouvelle existence. Il s'était égaré dans la contemplation de ses vêtements, il était resté en adoration devant la beauté silencieuse de la nuit. Comme s'il avait toujours porté un voile devant les yeux, il avait redécouvert ce qui l'entourait, se perdant dans les nervures des feuilles des arbres, dans l'éclat d'un bouton de veste, dans les veines du marbre des statues. Ce nouveau monde qui s'ouvrait à lui était plus vivant que jamais, plus coloré, plus envoûtant et il y avait le visage angélique de Lestat, un sourire amusé aux lèvres. Il entendait encore son rire cristallin qui se répercutait sur les pierres, porté par un vent dont il ne souffrait plus du froid.
    Mais qu'est-ce-qu'il faisait là? Pourquoi être revenu ici? Lestat était sorti une fois de plus de l'anonymat. Il n'a jamais aimé n'être qu'une ombre parmi les autres. Il avait choqué le vieux continent parce que lui et sa coterie se mêlaient aux humains. Il avait provoqué les Anciens en se révélant au monde. Irrévérentieux. Provoquant. Attirant. Comme appelé par une voix que nul ne pouvait entendre, Louis avait retrouvé la Nouvelle-Orléans. Son père, son ami, son ancien amant était dans cette cité. Caché quelque part dans les immeubles de la ville. Sentait-il sa présence? Les années passées peuvent-elles changer un immortel? Louis craignait ces retrouvailles autant qu'il les espérait. Lestat le manipulait, abusait de lui, mais les rares moments où il avait trouvé sa place était aux côtés de l'effronté vampire français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Old sad memories (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
__ R.esonance of F.ate :: New Orleans :: B.ayou-
Sauter vers: